Partagez | 
 

 The chaos presents: Alexiel Michaelis. {U.C}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexiel Michaelis
Day Class
Day Class
avatar

Féminin Messages : 5
Localisation : A l'académie

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Race:
Relations:

MessageSujet: The chaos presents: Alexiel Michaelis. {U.C}   Lun 22 Mar - 8:55

Michaelis Alexiel

La perversion, ce n'est pas moi qui l'ai créé, mais vous.




♠Identité♠


    ǁNom :Michaelis
    ǁ Prénom :Alexiel
    ǁ Surnom :Le plus souvent c'est Alex, mais elle n'aime pas trop ça... Chez les Hunters, elle est connue sous le surnom de Chaos. Son frère la surnomme Lixy (ou Lizzy) et il est le seul à avoir le droit de la surnommer ainsi.
    ǁ Race :Humaine

    ǁ Âge : 18 ans
    ǁ Date et lieu de Naissance : 23 Juillet 1992 à Shibuya au japon [Tokyo]
    ǁ Sexe :Féminin
    ǁ Sexualité :Hétérosexuelle

    ǁ Groupe sanguin :AB-
    ǁ Travail ou étude :Elle est étudiante en Day Class, mais elle est une véritable Hunter.


♠Physique d'Alexiel.♠

    15 lignes minimum.



♠Caractère d'Alexiel vu par son jumeau.♠

    15 lignes minimum



IRL ;

    ǁ Prénom : Dalila
    ǁ Âge : 20 ans
    ǁ Sexe : Féminin
    ǁ Possibilité de Connexion : Tous les jours sauf si il y a un problème niveau connexion ou ordi!
    ǁ Depuis combien de temps rpez-vous : Depuis 3 ans environs

    ǁ Où avez-vous connu le forum : Et bien je l'ai connu grâce à Jensen, puisque Jensen c'est aussi moi ^^
    ǁ Code règlement : Ok By Jensen



Dernière édition par Alexiel Michaelis le Mar 23 Mar - 8:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexiel Michaelis
Day Class
Day Class
avatar

Féminin Messages : 5
Localisation : A l'académie

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Race:
Relations:

MessageSujet: Re: The chaos presents: Alexiel Michaelis. {U.C}   Mar 23 Mar - 8:50

Histoire
    ♠History Chapter I, The Beginning♠
    〣Si demain était mon dernier jour sur terre, je courirai sans jamais me retourner. Je dépasserais la rapidité du vent et je ne regarderais jamais derrière moi, simplement parce que Chris me l'a conseillé.〣

    Est-ce que la légende concernant les jumeaux hunters est réelle? Est-il vrai qu'un des jumeaux, encore dans l'œuf, se procure l'énergie vitale de son autre lui? Quant est-il des faux jumeaux? Quant est-il des bébés qui grandissent dans le ventre de leur mère en même temps, mais pas dans le même oeuf? Si tout cela est vrai, alors ça voudrait dire que l'un de nous deux va haïr l'autre? Je suis née le 23 juillet à quatre heure du matin, une nuit ou un matin de pleine lune. Quand on avait annoncé à ma mère qu'elle se trouva être enceinte, elle n'imagina pas un instant qu'elle donnerait naissance à deux enfants presque identique. J'ai toujours trouvé cela étrange, qu'à l'heure actuelle, ils n'ont pas sû lui dire ça plutôt! Dans la nuit du 23 juillet à quatre du matin, ma mère donna difficilement naissance à non pas un, mais deux enfants. Quand mon frère arriva, elle fut soulagée et ravie de voir qu'elle en avait terminé avec cet accouchement et de voir qu'elle venait d'offrir la vie à un petit garçon... seulement, elle n'eut pas le temps de souffler que le deuxième évènement, inattendu cette fois-ci, arriva. L'accouchement de ma mère avait été tellement horrible, d'après elle, qu'elle me posa en responsable face à cette pénible situation. Christopher avait réunis encore plus ma mère et mon père, alors que moi je n'avais fait qu'empirer les choses entre eux... Mes parents et ma famille avait toujours préféré Chris, mais je n'étais aucunement jalouse de lui, au contraire... je lui voua une certaine admiration. Il est vrai que ma naissance avait quelques peu déçue ma famille, mais la terrifia également. Portant un nom et une étoffe réputée et respectée chez les hunters, ma famille se posa des questions quant à leur nouvelle intégrité au sein de son propre clan. Qu'allons-nous faire si la malédiction se révèle être vraie? Est-ce qu'il faut qu'ils soient des jumeaux de même sexe pour que la malédiction les touchent? Ces questions, je n'étais pas censée les entendre, mais je les avaient tout de même entendue! Je crois que c'est à ce moment-là qu'ils me délaissèrent totalement...


    28 Juillet 1997/ Sanrio Puroland [Banlieue de Tokyo].

    Nous venions tout juste de fêter nos cinq ans avec Chris et comme notre anniversaire avait été marqué par les cris, nous n'avions pû le fêter comme il se devait. A cette époque, je ne savais pas réellement ce que le mot anniversaire signifiait et ce qu'il représentait, mais comme les autres enfants avaient toujours le droit à des cadeaux, je pensais à ce moment-là que j'en avais le droit moi aussi. Cinq jours s'étaient écoulés et je n'avais toujours pas reçus le moindre cadeau, ni le moindre geste, alors que Chris avait eu tous les suffrages comme d'habitude. J'étais seule dans un petit jardin d'enfant et je me mis à pleurer, car je me disais que j'avais dû faire quelques chose de mal... c'est à ce moment-là que Chris me retrouva et me demanda quelque chose. Il voulait savoir ce qui me ferait plaisir et sur le moment je ne pensais qu'à une chose...m'amuser comme je ne m'étais jamais amusée! Je lui demanda de me suivre et quelques marches plus loin, nous apercevions enfin Sanrio Puroland. Tout était magnifique! Un grand et large bâtiment abritait les collections les plus folles de la célébre peluche "Hello Kitty" et je voulais absolument entrer et y voir toutes ces merveilleuses choses. Je me tourna vers Chris et le regarda d'un air abbatus, j'avais peur de sa réaction et je ne voulais pas le décevoir, mais à cet instant précis, Chris m'offris un merveilleux sourire et m'entraîna dans ce monde magique. Nous y avions passé trois heure en tout et j'avais des étoiles pleins les yeux, Chris m'avait fait un si beau cadeau... je lui en serais toujours reconnaissante, mais le problème avec moi c'est qu'à chaque fois, il faut que j'en fasse encore plus. Chris me raccompagna chez nous, mais je lui lacha la main et disparus dans cette grande bâtisse. Je l'avais perdus de vue, mais j'étais contente de retrouver cet immense royaume pour les enfants. Je resta certainement un moment, un long moment, puisque je venais de remarquer que Chris n'était plus du tout à mes côtés... je commença à paniquer et je courus pour essayer de le retrouver, mais en vain! Je courus et courus encore, jusqu'à mon inévitable accident, je ne remarqua pas une longue barrière de sécurité devant moi et je me fis un croche patte qui me fis à présent tomber tous les étages. Je devais être tombée de quatre étages au moins et j'étais toujours en vie... un miracle? Loin de là, le début de mes ennuis ne fis que commencer! J'étais à moitié inconsciente et j'avais très mal, je ne pouvais plus bouger et sous l'effet du choc, je distingua à peine les gens attroupés autour de moi, criant à qui voulais bien l'entendre, qu'une petite fille était tombée de la rambarde. La seule personne que je distingua avant de m'évanouir, était mon frère, mon jumeau, mon double, mon ange gardien... Je me réveilla quelques jours plus tard à l'hôpital, couverte de bandage et transpercée par diverses aiguilles, je n'arrivais plus à voir et je commença à pleurer à nouveau en me demandant ce qu'il se passait. C'est ainsi que le médecin m'expliqua mon diagnostique, sur le moment je n'avais rien compris, car j'étais trop petite, mais ma chute avait réveillée une grosse anémie et un dysfonctionnement au niveau des protections immunitaire...la malédiction? Je ne savais pas, mais ce que je savais, c'est qu'à cause de mon manque de maturité et de ma désobéissance, j'allais rester faible toute ma vie, devans m'appuyer sur les épaules de quelqu'un qui pourrait me porter et tout ceci voulais également dire que j'étais la nouvelle honte de ma famille. Comprenez qu'en étant une héritière du clan Michaelis et par conséquent une future leader traquant les vampires, je me devais d'être irréprochable et en bonne santé. Malheureusement, Chris assumera cette tâche tout seul, enfin pendant un certain temps en tout cas. Je suis restée un mois à l'hôpital et je n'ai vu dans les yeux de mes parents, ni amour, ni fierté, je pense encore que si c'était Chris qui se serait retrouvé à ma place, ils l'auraient encore plus recouvert d'amour. A mon retour à la maison, quelque chose avait changé, je le sentais, mais je ne savais de quoi il s'agissait. Mon père et ma mère étaient souvent absent comme à leur habitude, mais je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que ça n'était pas normal. Quelques années plus tard, je découvris ce changement, ma mère avait une liaison avec notre voisin et mon père en avait une avec avocate, quelques mois plus tard ils divorcèrent... se disputant ainsi notre garde et les biens de la famille.


    ♠History Chapter II, Complications♠
    31 octobre 2002.

    [justify]Mon enfance avait toujours été bizarre, je trouvais l'ambiance familiale étrange, mais on pouvait dire que c'était le calme plat... L'école le matin, les repas à la cantine, les devoirs terminé, les bains, les petites sortie faite avec les femmes de la famille pour moi et les hommes pour mon frère... Vu de loin, le début de mon enfance était tout à fait normal... jusqu'à ce jour où tout à déraper. Il était prévu qu'un enfant de Hunter, devienne un Hunter un jour et le plus tôt possible était le plus adéquat. A 10 ans, tous les enfants de Hunters, devaient commencer à s'entrainer à la chasse aux vampires, ils devaient commencer à savoir manier des armes et à se protéger contre les affreuses créatures qu'étaient les vampires. A 11 ans, tous les enfants devaient passer un test être juger sur leurs aptitudes au combat, ainsi, tous les chefs de famille pouvaient décider ou pas de garder un enfant ou non. Mon père en parla lors d'une petite réunion familiale et nous parla également de notre future récompense si on réussissait le test des Hunters, mais mon père n'en parla pas plus, car il en réalité... il ne voulait pas que je connaisse un jour son monde. J'avais à présent huit ans et je commençais également à me poser de plus en plus de questions, mais sans les poser à quiconque. Je voyais bien que ma famille s'accaparait de plus en plus Chris et me laissait de côté. J'étais jalouse... Non pas parce que ma famille s'intéressait plus à lui, mais parce qu'il me l'enlevait! Chris avait toujours été là pour moi... Il était le seul à me défendre quand les autres me tapaient ou se moquaient de moi à cause de mes yeux... Il ne me défendais pas parce qu'il avait la même particularité que moi, mais parce qu'il était mon grand-frère et tout ce qui me blessait le blessait également. Effectivement, nos yeux étaient différents de ceux des autres, nos yeux droits étaient rouge, celui de gauche était turquoise pour moi et le sien était cyan. Cela nous valait toujours de la crainte vis-à-vis des autres et même de notre propre famille! Comment pouvions-nous avoir un oeil rouge alors que personne n'en avait jamais eu? Chris ne s'était jamais posé cette question et ne semblait pas être embêté par cette particularité, mais il fallait aussi dire qu'il avait toujours eu un charme inexplicable et donc les gens ne s'en prenaient qu'à moi. Mais il était toujours là pour prendre ma défense, pour me porter si je me blessait, pour sêcher mes larmes quand elles coulaient, pour m'écouter si j'avais besoin de parler, bref... il était tout pour moi et d'une certaine façon j'étais tout pour lui. Comme il était né avant moi, je le considérait automatiquement comme mon grand-frère et même si nous étions des faux jumeaux de sexe opposé, je le considérais comme ma moitié et moi la sienne. Tout semblais se dérouler de plus en plus mal à la maison, mon père s'accaparait à présent Chris pour lui tout seul, l'emmenant dans des endroits bizarre au sous-sol ou en ville et ma mère disparaissait de plus en plus. Un soir, alors que je rentrais péniblement de l'école, j'entendis une sorte de grande dispute dans les alentours de ma maison, je m'arrêta quelques secondes sur le bord de la route pour reprendre mon souffle et écoute ce qui se passait, quand soudain une voiture s'arrêta à quelques centimètres de moi... un homme en sortis et m'attrapa violemment le bras. Je me mis à hurler qu'il devait me laisser, mais rien n'y faisait.,. il essayait de me faire entrer de force dans sa voiture, faisant ainsi tomber toutes mes affaires. Rien y faisait, il n'arrivait toujours pas à me mettre dans la voiture et c'est à ce moment-là qu'un autre homme m'empoigna les jambes et me souleva. A cet instant, j'avais vraiment peur et j'étais maintenant soumise à eux, d'un côté le premier homme me tenait par les bras et de l'autre le second homme par les chevilles, mon seul moyen de pression sur eux était d'hurler jusqu'à la mort. Les deux hommes me criaient d'arrêter de piailler et arrivèrent finalement à me balancer sur le siège arrière de la voiture, pour me calmer, l'un d'entre eux m'avait violemment frappé au visage et je savais à présent que je ne reverrais jamais ma famille. Les larmes coulèrent sur mon visage devenus rouge à cause de la gifle et mon regarde se tourna pour regarder l'extérieur de la voiture par la vitre arrière. Mon regard s'arrêta sur lui... Chris... Chris était là et hurlait à n'en plus finir aux deux brutes qui finirent par l'entendre. L'un deux sortis de la voiture et à cet instant précis je n'avais plus peur pour moi, mais pour lui... mon double. Je me jeta sur le siège avant et infligea un coup de pied au deuxième homme, seulement, il m'attrapa par les cheveux et se coucha sur moi pour m'empêcher de bouger. J'étais dégoutée, son corps disgracieux, son haleine putride, tout... tout me répugnait au plus haut point. De retour sur la banquette arrière, je vis le premier homme assener un coup de poing dans le ventre de Chris, puis il courut jusqu'à la voiture et la démarra. Maintenant que je ne le reverrais plus, je devais plonger mon regard dans le sien et lui demander pardon de n'avoir pu m'échapper, je tendis ma main contre la vitre et c'est à cet instant, que péniblement et douloureusement, Chris courrait en ma direction en hurlant mon prénom dans toute la rue, mais la seule phrase que je retins avant de m'évanouir sur le coup de l'émotion, a été... "Alexiel!!! Nous ne sommes qu'un, là où tu seras, j'y serais aussi!...". Cette phrase tournait en boucle dans ma tête et en ouvrant les yeux, je compris immédiatement que je devais essayer de me tenir tranquille le plus possible. J'avais été emmenée à Osaka, dans une petite maison à la sortie de la ville dans les montagnes. J'étais à présent entre les mains d'hommes peu scrupuleux et de femmes complètement folles, mais je devais m'y faire à présent puisque mon rêve de voir mes parents venir me chercher s'écroula lorsque l'on m'annonça qu'en réalité, j'avais été vendue par un membre de ma famille étant trop fragile et trop naïve pour espérer un jour devenir une Hunter. Le plus douloureux resta à venir lorsque l'on m'annonça que dans quelques années, quand j'irais mieux et que je serais moins fragile physiquement, on me sacrifierait dans un rituel servant à apaiser la colère d'un démon. Pas n'importe quel démon! Un vampire! On m'expliqua que j'étais la seule chance qu'ils avaient d'en venir à bout, parce que celui-ci tyrannisait les habitants du village et ne se calmerait pas tant que personne ne lui offrirait une jeune vierge en bonne santé. J'avais peur, non, j'étais terrifiée, mais que pouvais-je faire? Je n'avais plus rien avec moi, ni mes jouets, ni mes habits et ni mon frère, je me retrouvais propulsée dans une autre ville, en compagnie de d'autres personnes avec pour seule échappatoire, la mort! Pour me préserver de toute tentation, les gens qui m'avaient acheté, m'enfermèrent dans une grande pièce. Une petite étagère avec des livres, remplissait à elle seule la pièce, mais pas seulement, car dans une année je devrais être attachée et complètement enfermée dans cette sorte de prison. A mes neuf ans, mes poignets seront scellés et plaqué contre le mur, mes chevilles seront attachées à terre et mon univers serait complètement chamboulé. Pourquoi faisaient-ils ça? Pourquoi est-ce qu'un vampire ferait aussi peur? Après tout, ils auraient pu demander de l'aide à mes parents pour le traquer, alors pourquoi me tuer et m'offrir à lui? Tout ce que je savais pour l'instant, c'est que je devrais me faire à cette nouvelle sordide vie. Je devrais d'école, de foyer, de caractère et certainement même de pays. A présent j'avais un nouveau père et une nouvelle mère, des oncles, une plus petite maison et une nouvelle identité... penser à tout cela et surtout à mon jeune âge me faisait pleurer.


    ♠History Chapter III, Rebirth Or True Death?♠
    18 avril 2005/New york USA.

    13 ans... Avoir 13 ans pour la plupart des gens de cet âge, c'est s'amuser, rencontrer l'amour de sa vie, experimenter des choses qu'ils n'ont jamais fait jusqu'ici, mais mes 13 ans à moi ne seront qu'une continuité insignifiante. Nous sommes partis à New York il y a environs deux ans et cette année j'intégrerais un lycée assez prisé par certains. J'ai travaillé pour me payer des études, car je voulais au maximum compter sur moi et pas sur les autres, surtout pas sur mes kidnapeurs... Cela faisait une année que mes études avaient commencée et je m'y accrochais tant bien que mal, elles étaient pour moi le seul moyen de pouvoir penser un peu à autre chose qu'à mon passé. J'avais bien été enfermée à mes neuf ans, je n'avais pas le droit de sortir parce qu'ils avaient peur de me perdre... Je ne pouvais communiquer avec personne parce qu'ils avaient peur que je me détourne d'eux, malheureusement pour eux, toutes leurs craintes se sont révelées être vraies. Je les haïssaient pour ce qu'ils m'avaient fait! Pendant une année j'avais été coupée du monde entier, mais ils décidèrent de m'accorder ma liberté à la seule condition que je devais toujours être en surveillance permanente. Ils avaient peur que leur monstrueux vampire perde sa petite poupée fétiche! Ce qu'ils ne savaient pas c'était que même sous surveillance permanente, j'arrivais à échapper à leurs regards pour "personnaliser" un poignard que j'avais trouvé. Effectivement, ces gens avaient pleins de babioles et un jour, alors que l'un d'entre-eux m'accompagnait à l'école, mes yeux s'étaient arrêtés sur une sorte de couteau tout crasseux, allez savoir pourquoi je l'ai volé et l'ai caché! Que pouvais-je bien en faire? C'est alors que je le gardais précieusement quelques mois et un jour, comme si le ciel me tendait la main, j'entendis des hommes parler d'armes et de poignards qui pouvaient être customisés. La peur qui m'avait toujours habitée, me quitta dès lors que mes pas me portèrent jusqu'à ces hommes... je m'adressa à eux en leur demandant si ils pouvaient m'aider, je leur disais que j'avais un couteau et que je voulais le transformer en quelque chose de plus beau et plus efficace. Les deux hommes me regardèrent d'un air interrogateur, puis ils se mirent à rire aux éclats devant ma demande, j'étais motivée et je ne voulais pas qu'ils rient bêtement à ma demande! Je leur tendis alors le couteau et leur expliqua que si ils avaient besoin d'argent, je pourrais en voler beaucoup et que je pouvais faire n'importe quoi pour qu'ils m'aident... au départ, j'eus peur qu'ils me demandent des choses d'ordre physique, mais heureusement ils me demandèrent autre chose. En échange de leur aide, ils voulaient que je leur apporte des objets en argent et pour cela je devais donc les voler, mais ça ne me posait pas de problème tant qu'ils pouvaient vraiment m'aider. J'essayais tant bien que mal de voler des objets en argent, tel que des gourmettes, des montres et également des boucles d'oreilles etc... En un mois, j'avais récolté et volé beaucoup de choses faites en cette matière, les deux hommes en restèrent scotcher! Un service rendu et voila qu'ils m'emmenèrent dans une arrière boutique pour me présenter à un autre homme un peu plus vieux, il me demanda alors qu'est-ce que je voulais changer sur ce couteau et je lui répondis qu'un poignard, plus léger, mais aussi plus équipé serait plus utile. Son regard était remplis de questions, mais il ne m'en posa pas et me demanda ce que je voulais exactement, je ne me posais aucune question et déballais tout ce que j'avais en tête. Je voulais transformer ce couteau rouillé en poignard aiguisé, avec une petite ouverture sur la garde (le manche) pour ainsi y verser un liquide comme du poison qui glisserait sur la lame grâce un petit mécanisme qui se déclencherait sous la pression de mon pouce. L'homme semblait vraiment étonné et esquissait même un sourire, avant de me dire qu'il était d'accord et qu'il me le ferait, mais avant de le quitter je lui demandais si il pouvait faire la lame en argent et y inscrire la phrase "Chris For Ever" sur celle-ci, l'homme accepta. J'avais réussis à ne pas me faire attraper par ma nouvelle "famille" et je continuais d'aller à l'école comme si de rien était. La nuit, quand tout le monde dormait, je m'éclipsais difficilement par une petite fenêtre au rez-de-chaussé et courrais pour rejoindre une petite forêt que j'avais découverte, j'y attrapais un grand bâton au sol et frappait comme une folle sur les arbres, les pierres, les buissons et tout ce qui dormait dans cette nature. Je frappais, esquivait, courrais, montais sur les arbres puis sautais en esquissant un coup critique à la terre avec le bâton, toute cette rage que j'accumulais sortait au travers du bâton et de mes coups portés à l'invisible... je m'imaginais en face du vampire qui me tuerait et je n'hésitais pas à me blesser et me vider de toute énergie pour atteindre la force ultime... Je me demandais tous les jours quel était mon but... et c'est alors que je me disais qu'après tout j'étais une hunter, une vraie de vraie, j'avais les gênes pour ça alors j'en serais une malgré mon état de santé fragile et mon grand manque d'entraînement. Je me suis mise en tête de tuer le vampire qui devait me tuer et par la même occasion, j'avais toujours cette forte envie de revoir mon frère. Je m'entraînais de plus en plus, tous les jours, toutes les nuits et avec la plus grande discrétion. J'en voulais à tout le monde, ma famille, mes kidnappeurs, les vampires, la vie, tout ce qui me faisait encore tenir debout était cet espoir de revoir Chris. Je voulais revoir son sourire angélique, ses yeux merveilleux, je voulais savoir si il allait bien, me retrouver dans ses bras et pleurer... je n'ai jamais cessé de penser à lui, même si je n'avais aucune mauvaises sensations concernant sa vie sans moi. J'ai essayé de lui envoyer des lettres, mais je suis sûre qu'on ne les lui a jamais fait parvenir. A l'école tout était compliqué, je n'avais aucun ami depuis l'enfance et ici personne ne faisait exception, j'avais dû m'intégrer, apprendre l'anglais et tout un tas de chose. On me détestais, me traitait d'erreur de la nature à cause de mes yeux, tout le monde m'embêtait, mais je laisser couler. Sauf qu'un jour, je rentrais comme d'habitude et là, un groupe de filles assez populaire, me barrait la route et se jetait sur moi. Tous mes cahiers tombèrent sur le sol et je me fis frapper, ne me laissant bien évidemment pas faire, mais elles étaient trop nombreuses et s'acharnèrent en hurlant qu'il fallait abattre le monstre que j'étais et elles se mirent à ricaner. Mes points ne les touchèrent pas et je n'arrêtais pas de penser à Chris, j'imaginais qu'il apparaitrait... je m'étalais sur le sol en fermant les yeux. Soudain, j'entendis les coups de pied cessèrent, mes yeux s'ouvrirent alors violemment dans le vide et je releva la moitié de mon corps en criant "CHRIS!", mais ça n'était pas lui... en me retournant je croisa le regard d'un garçon aux cheveux blond...


    ♠History Chapter IV, The Release... you, my brother♠
    2006~New York USA.

    Cela faisait pratiquement une année que je continuais à survivre, cette fois, les choses ne se passaient pas comme mes kidnappeurs le voulait. Le vampire a qui ils allaient m'offrire, exercait de plus en plus de pression sur eux et avait même tué plusieurs humains à cause de son impatience... j'étais à présent rouée de coup et violentée comme un punching-ball sur qui on cogne quand ça ne va pas, ils faisaient mine de rien en maquillant mes bleus par la suite. Ils m'avaient désincrite de l'école où j'étais, ce qui n'était pas plus mal dans un sens, au moins je n'avais plus à subir les moqueries des autres. J'avais quand même une petite liberté au fond de ma tête, ce garçon qui m'avait aidé contre la bande de fille l'année dernière, on avait appris à faire connaissance et il était vraiment gentil avec moi. Je ne lui avoua bien évidemment pas tout de suite la vérité, mais j'avais tellement confiance en lui qu'une nuit j'ai longuement pleuré dans ses bras, lui révélant ainsi qui j'étais, ce que je faisais ici et lui en faisait de même. Hiro m'avait apporté une amitié que je n'avais jamais eu et il m'aidait à supporter tout ça, il m'aidait à supporter le fait que Chris me manquait, une véritable amitié était née entre nous, mais comment alimenter cette amitié alors que j'étais enfermée et surveillée? Heureusement, j'allais bientôt découvrir que le couteau que j'avais laissé au vieil homme, me serait remit et qu'il me rendrait vraiment contente. Avant que je ne quitte brusquement l'école, je rencontra à nouveau l'un des hommes ami du vieillard qui me conduisait jusqu'à lui. En entrant pour la seconde fois dans l'arrière boutique, le vieillard me montra le poignard qu'il m'avait confectionné et me demandait ce que j'en pensais, mes yeux s'ouvrient grandement... je découvris un poignard de petite taille orné d'une garde en bois noir et je découvris également qu'un dragon de chine y avait été sculpté, à la base de la garde, un petit boîtié ouvrable contenait l'ouverture pour le futur poison... la lame rayonnait de milles feux et était en argent pur, aiguisé à souhait et gravé de l'inscription que je voulais. Des larmes coulèrent presque sur mon visage, tellement la beauté de cette arme m'emplissait de joie, je remerciais l'homme et lui disait qu'un jour, je lui rendrais la pareille. Quelques temps plus tard, un de mes ravisseur était venu m'arracher à mon lit, il me baillonnait et jetait dans le sous-sol. Je ne comprenais pas ce qui se passait et quand je découvris le lieu en pleine lumière, je me disais que mon heure était vraiment arrivée. Des chaînes suspendues, des espèces de petites cuves jonchaient sur le sol sal et mon réflexe à été de ne rien dire ou faire pour me débattre. J'avais à présent mon poignard, je m'étais enormément entraînée dans les bois, la haine me motivait et j'avais même trouvé une petite bouteille de chloroforme, c'est alors que j'en déversais un peu dans la garde de mon poignard, je me disais que ça ferait l'affaire du moment que ça pénétrait dans le sang. Je suis restée enfermée dans ce sous-sol pendant une semaine et c'est à ce moment-là que d'étranges sensations m'avaient envahie... j'avais déjà eu des pressentiments, mais maintenant j'avais des cauchemards et pas n'importe lesquels! Toutes les nuits, je hurlais à la mort prononçant des phrases bizarres du genre "la fille!!... rejoins-moi!!... je suis ici... Chris je t'en prie pense à moi!!" tout était par brade de mot et dans ces mêmes cauchemards, j'aperçevais difficilement le visage de mon frère, d'une fille et des ombres. Mes ravisseurs devaient me faire taire de force tellement mon visage en devenait bleu et un jour, lors de mon réveil, j'aperçus du sang sur le matelas où je dormais. Ma première réaction a été de sortir à toute vitesse mon poignard et de me lever rapidement, mais pas de vampire... il n'y avait personne d'autre que moi et en regardant la main qui tenait mon poignard, je m'aperçus que celle-ci était tâchée du même sang. J'approchais la lame de mon poignard contre mon visage et je remarquais que le sang venait de moi, il venait de mon oeil droit celui-là même qui était rouge, je ne comprenais pas ce qu'il se passait et j'avais peur... un oeil ne saigne pas si il n'est pas blessé! Je n'eu pas le temps de me questionner plus, car j'entendis un enorme vacarme provenir du rez-de-chaussé suivis de cries tout droit sortis de film d'horreur. Je glissais légèrement l'un de mes pied en arrière, m'appuyant sur l'autre en tenant fermemant mon poignard en avant de mon corps, je ne savais pas ce qu'il se passait, mais j'avais un mauvais pressentiment et je ne me laisserais pas apeurée, quoiqu'il arrive. Quelque chose tomba dans l'escalier me faisant légèrement sursauté et je remarqua qu'il s'agissait de l'une des compagnes de mes ravisseurs, un corps, puis deux, puis trois s'empilaient les uns les autres dans ce même escalier. J'entendis des pas descendre et je restais sur mes gardes, jusqu'à ce que le mur se trouvant derrière moi, explose me projétant ainsi contre le sol, je leva la tête brusquement et aperçus une chose aux yeux rouges, elle courrait à toute vitesse contre moi et malgré ma suprise, je me releva énergiquement, esquiva son approche, lui planta le poignard dans le dos et lui infligea un coup de pied qui l'envoya valser à l'autre bout de la pièce. Je ne m'étais pas trompée, il s'agissait bien d'un vampire et plus précisemment d'un Level E, c'est alors que mon esprit se pencha sur le mur détruit... une brise froide vint m'envahir et sans plus attendre je courrais vers elle. Aveuglée un instant, puis heureuse l'instant d'après, j'avais reconnus l'extérieur et je courrais sans m'arrêter, mais je devais me rendre à l'évidence... il n'y avait pas qu'un seul Level E, mais plusieurs et mon sang provoquait leur soif. Je continuais à courir, tuant en chemin les vampires qui me coursaient, jusqu'à ce qu'une voix raisonne dans ma tête... *Tu es mon contract!* je regardais derrière moi tout en continuant de courir, mais personne! Puis soudainement, quelque chose m'empoigna par la gorge et me souleva, mes yeux se posèrent sur un vampire plus fort et qui n'était pas du Level End, c'est alors qu'il me parlait et se présentait à moi. Je n'en revenais pas, le vampire qui devait me tuer c'était lui et c'est alors que je lui transperça la peau avec mon poignard, mais il en rigola et m'hypnotisa. A mon réveil, j'étais dans un endroit sombre, comme une sorte de crypte avec plein de cercueil, en levant mon regard je remarquais que mes poignets étaient emprisonnés par des chaînes, ainsi que mes chevilles. Un troupeau de Level E me regardait avec un sinistre sourire et là je me raisonnais d'arrêter de penser à cette mort qui me pendait au nez, je n'avais pas mérité ça et je voulais juste reprendre ma vie avec Christopher... Chris... pardonne-moi, car je n'ai pas sû te retrouver et maintenant... on ne se reverra plus. Le vampire qui me détenait s'était finalement montré et il s'approcha de moi en me disant qu'à partir de maintenant, je restais son jouet et son esclave, mon seul reflexe avait été de lui cracher au visage et de détourner ma tête de la sienne, mais il en riait de plus belle et m'agrippa le cou de ses griffes. Ses yeux étaient d'un rouge-vif et quand sa bouche s'ouvrit, je pus aperçevoir ses crocs aiguisés, cette fois... je ne m'en tirerais pas, mais une chose étrange se produisit alors. Mon oeil droit me fit souffrir, on aurait dit qu'une aiguille le transperçait, il me brûlait et m'en faisait perdre la tête, je mis dès lors ça sur la faute du vampire, mais je sentais la présence que j'aurais voulu sentir toute ma vie. Les crocs du monstre étaient presque sur mon cou, ma vue devenait floue à en perdre la vue, mais c'était sans compter un crie qui venait de loin remontant jusqu'à moi. *LIZZY!* Pris d'un sursaut, j'ouvris les yeux comme si je les sortais de ma tête et en regardant par dessus l'épaule du buveur de sang, je l'aperçus, lui et personne d'autre! Ce regard merveilleux, cet oeil aussi rouge que le mien, ce physique... cette voix... Un gémissement s'échappèrent de mes lèvres et des larmes coulèrent sur mes joues, je fermais les yeux pensant rêver ou mourrir, mais quelques secondes plus tard, je sentis quelque chose sur mon visage et j'entendis un souffle répugnant sur mon visage. Mes yeux s'ouvrèrent une fois de plus et regardèrent avec stupeur le buveur de sang jonché en face de mes jambes baignant dans son propre sang, sang qui s'était d'ailleurs étalé sur mon visage... mon regard se posa sur celui qui venait de faire ça et je n'avais pas rêver, mon ange était bien là et avait tué le monstre. Malgré notre séparation enfant, je l'avais reconnus tout simplement parce que nous ne faisions qu'un, il m'offrit le plus tendre et le plus beau des sourires et j'en fis de même. J'étais heureuse et mes larmes coulèrent de plus en plus tellement j'étais soulagée que mes craintes ne soient pas fondées... il s'approchait de moi pour me détacher, mais à cause de moi il avait baissé sa garde, les Level E se jetèrent sur lui et se mirent à le mordre. J'en fus choquée et la haine qui s'était accumulée en moi, me fit hurler son nom et sans m'en rendre compte, je m'étais libérée de mes chaînes, j'avais tuée les Level E et j'étais un peu plus recouverte de sang. J'étais essouflée et du sang dégoulinait de mon arme, c'est alors que je repris mes esprits et regarda mon ange blessé. Je courrais vers lui et le pris dans mes bras, les larmes continuèrent à couler et nos regards s'échangeaient nos pensées, je lui demandais si il allait bien malgré les morsures et lui me répondait d'un sourire que tout allait bien. Je me plongea dans ses bras et me mis à crier et à pleurer de plus belle, mes mains le serrèrent comme jamais je n'avais serré quelque chose ou quelqu'un, ma tête était plus que jamais blottie contre son torse et je pus entendre les battements de son coeur.

    Je l'avais quitté enfant, cet enfant si joyeux et si têtue parfois, mais tellement adorable et maintenant je faisais face à un homme. Je passa l'une de mes mains dans ses cheveux et la fit glisser le long de son visage pour m'arrêter près de ses lèvres. La fatigue que j'avais accumulée à cause de la baguarre se fit à présent sentir et maintenant que l'homme que j'avais toujours attendu était là, il n'y avait plus aucune raison de craindre la peur elle-même.

    -"Tu es si beau Chris, encore plus que quand tu étais petit, j'ai eu peur qu'ils t'abiment, mais ils ne t'ont presque pas touché."-Dis-je d'une voix faible et douce avant de m'engouffrer d'évanouissement dans ses bras.

    Je ne sais combien de temps j'avais passé à ne plus rêver, combien de temps je l'attendais et je ne savais pas non plus combien de temps j'étais restée endormie. Mes yeux s'ouvrirent péniblement, je les sentais se refermer, mais ils s'ouvrirent de plus en plus... une lumière me faisait mal et je ne savais pas où je me trouvais, mais la peur que j'avais ressentie jusque-là s'était totalement estompée. J'essayais de me lever, mais une main remplie de chaleur m'en empêchait... cette main si douce, si fine, si chaleureuse... je tournais ma tête légèrement et je voyais Chris allongé sur le lit où j'étais placée. Il avait dut me veiller et s'était endormis en me tenant la main, je sentais son energie me posseder et dès lors je me sentais vraiment bien et pleine de ressource. Allant mieux, je devais à mon tour m'occuper de lui, je le sentais épuisé et il avait déjà tellement donné pour moi que je me devais de faire mon possible pour qu'il aille bien. Je m'étais levée, j'avais enfilé ce que j'avais trouvé et je m'étais approchée de mon autre moi pour le placer à son tour dans le lit. Je devais bien avouer qu'il était beaucoup plus lourd que moi, mais j'avais réussie à le glisser entre les draps, je l'avais légèrement dévêtue et je m'occupais à présent de ses blessures qui paraissaient sans graviter. Où était passé l'enfant avec qui je jouais... Où était passé le petit garçon que tout le monde chérissait tant? Il avait laissé sa place à un homme à qui la beauté n'avait fait qu'embellir, un homme qui avait l'air encore plus fort qu'avant. Je déposa ma tête lentement et doucement sur son torse et j'écouta son coeur palpitant si calmement, je retrouvais la chaleur que j'aimais tellement autrefois et qui m'avait été arrachée, mais quelque chose semblait perturber mon bonheur à nouveau. Les battements se faisaient de plus en plus rapide, son torse devenait peu à peu brûlant et ses yeux, même fermés, trahissaient un mal-être... je le sentais au fond de moi, Chris n'allait pas bien et je ne savais pas pourquoi! Etait-ce le fait de m'avoir retrouvé? Je me rendais rapidement compte qu'en réalité, Chris souffrait physiquement, mais je ne savais pas encore de quoi! Heureusement, pendant ma séquestration j'avais pûs étudier dans le domaine du médical à l'école ou encore dans les bouquins, donc je pouvais être en mesure de soulager n'importe quel mal, enfin quand je dis n'importe lequel je parlais bien évidemment d'un mal léger. Plus les jours passaient et plus Chris allait mal, je n'arrêtais pas de fouiller dans les livres et dans ma mémoire pour savoir ce qui pouvait bien lui causer migraines, chaleur, vomissement et légère paralysie... c'est alors qu'en observant de plus près une blessure qui semblait ne pas se refermer comme les autres, que je comprenais qu'il était en train de prolonger une infection. J'essayais de désinfecter, de nettoyer et de coudre, mais rien y faisait et l'état de Chris empirait, je ne savais plus quoi faire et j'étais vraiment inquiète pour lui. Il ne pouvait plus se lever, ne parlait pas, n'ouvrais pas les yeux et ne mangeait pas, il ne voulait pas non plus que je me déplace en ville pour aller chercher un médecin, car il ne voulait pas me perdre à nouveau. Il m'avait transportée dans un hôtel situé dans une banlieue désaffectée, il avait fait en sorte que personne ne retrouve notre trace et surtout pas des vampires, alors devais-je prendre le risque de sortir et de ruiner son travail? Mais je ne pouvais pas le laisser dans cet état-là, j'en avais décidé ainsi... je chercherais quelqu'un capable de le soigner! Mon poignard bien caché à l'intérieur de ma veste et mon capuchon bien vissé sur la tête, c'est comme cela que je m'apprêtais à sortir avant que la porte de notre chambre ne s'ouvre dans un grand fracas. J'empoignais immédiatement mon poignard et dans une vitesse folle je m'étais glisser derrière la femme qui venait d'entrer ainsi, la lame près de sa gorge l'empêcherait de faire un pas de plus, car oui, mon instinct m'avais avertit de la race de cette femme en question. Taille moyenne, cheveux court et brun, très peu vêtue, un regard vide de toute vie et une odeur narquoise autour d'elle, elle ne pouvait être qu'un vampire, mais son dernier souffle lui serait compté... soudainement, Chris émit quelques mots très faiblement en ma direction et me demanda de la laisser entrer. Je ne comprenais pas, mais la lame de mon poignard s'abaissa de sorte que cette vampire puisse passer. Elle s'avança jusqu'à mon frère et posa ses mains sur son bas ventre, une lumière rouge s'en échappait et Chris serrait les dents, mais quelques minutes plus tard tout le mal qui l'avait envahie disparus et ma crainte avec. Je courrais en sa direction quand la créature s'approcha de moi et me demanda de le laisser se reposer. Elle ne m'était pas inconnue, je l'avais aperçus dans un de mes cauchemards, était-elle liée à mon frère? Chris me l'expliquerait une fois son repos terminé....


    ♠History Chapter V, (Titre du chapitre)♠
    TEXTE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jensen Ogawa
Admins & Fondateurs
Admins & Fondateurs
avatar

Féminin Messages : 402
Localisation : Dans mes pensées

Feuille de personnage
Âge: 200 ans, mais 22 en apparence.
Race: Vampire
Relations:

MessageSujet: Re: The chaos presents: Alexiel Michaelis. {U.C}   Mar 20 Avr - 7:28

Je mets la fiche d'Alexiel en pause pour que je puise la terminée tranquillement et sans encombrer les présentations.
Une fois terminée, j'effaçerais mon message!

_________________

[Merci Zero pour le kit!!!!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The chaos presents: Alexiel Michaelis. {U.C}   

Revenir en haut Aller en bas
 
The chaos presents: Alexiel Michaelis. {U.C}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Ork vs chaos khorne
» Chaos Nova, Double bash...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: Avant toutes choses. :: Présentation-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Vampire Knight RPG